Articles

Milton Erickson : l’hypnose

Quand Paul Cézanne peint la Sainte Victoire, voici ce qu’il éprouve. « Je respire la virginité du monde. Un sens aigu des couleurs s’empare de moi. Je me sens coloré par tous les tons de l’infini. Dans des moments comme celui-là, je ne fais qu’un avec mon tableau. Nous sommes un chaos iridescent.» Cela pourrait être une des plus belles définitions de l’hypnose.

Cécile, la petite fille qui ne souriait pas : la place du jeu en thérapie d’enfant

Article publié dans "Recherches et succès cliniques de l’hypnose contemporaine", sous la direction de C. Virot (Le Souffle d’or, 2007). Voici une thérapie d’enfant menée, il y a quelques années et dont les difficultés m’ont permis de réfléchir à l’hypnose du thérapeute et sa fonction dans la construction du système thérapeutique clinicien-enfant.