Dans leur maison mais plus chez eux, ils ont 30 ans et sont confinés chez leurs parents

article paru dans lefigaro.fr, 22 avril 2020

Témoignages.- À 30 ans ou plus, ils entament leur deuxième mois de confinement chez leurs parents. Du télétravail dans une chambre d’enfants aux repas à heures fixes, en passant par la sauvegarde de l’intimité et le renforcement des liens, ils se confient sur une expérience loin d’être anodine.

https://madame.lefigaro.fr/bien-etre/temoignages-confinement-trentenaire-et-confine-chez-ses-parents-220420-180787

Mes petits-enfants sont trop gâtés

article paru dans Marie-France, avril 2020

Marie-France_010420

Quand les Tanguy jouent au Grisby

article paru dans le Cercle Psy #36, mars-avril-mai 2020

CerclePsy_Tanguy_010320_VieFamille

Tous ces radins autour de moi…

article paru dans Notre Temps, février 2020

NotreTemps_0220

Comment éviter les guerres d’héritages et de successions ?

En Quête de Sens, Radio Notre-Dame, 22 janvier 2020

Me Philippe Bourdel, notaire à Paris

Patrick Avrane, psychanalyste

Bernard Prieur, co-auteur de La famille, l’amour, l’argent (Albin Michel)

Bonheur : comment ne pas perdre ses rêves de vue ?

On est fait pour s’entendre, RTL, 20 janvier 2020

Mercredi 22 janvier sort en salles « Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part », réalisé par notre invité Arnaud Viard, avec Jean-Paul Rouve, Alice Taglioni, Benjamin Lavernhe et Camille Rowe. L’histoire de 4 frères et sœurs qui se débattent dans leur existence et qui ont en commun de vouloir tendre vers leurs idéaux. Une tâche compliquée dans laquelle ils rencontreront, comme nous tous, de nombreux obstacles… Que fait-on de nos rêves ? De nos ambitions profondes ? Faut-il les abandonner au risque qu’elles se rappellent à nous sans cesse ?

Invité.e.s

– Arnaud Viard, réalisateur du film Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part (sortie le mercredi 22 janvier) 

– Nicole Prieur, philosophe, psychothérapeute

« Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part »

La Bande Originale, France Inter, 20 janvier 2020

Ce matin nous recevons les comédiens Alice Taglioni et Benjamin Lavernhe pour le film « Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part » en salles le 22 janvier

Adapté d’un recueil de nouvelles écrites par Anna Gavalda, « Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part » se déroule dans une belle maison familiale, à la fin de l’été, où Aurore fête ses 70  ans, entourée de ses 4 enfants, tous venus pour l’occasion.

Nicole Prieur, philosophe et psychothérapeute, auteure de nombreux ouvrages sur les relations familiales comme Petits règlements de compte en famille, et La famille, l’argent, l’amour… tous deux parus aux éditions Albin Michel. Son dernier livre L’hypnose pour tous, une autre voie pour alléger sa vie de famille et de couple est paru aux éditions Payot. 

Quand les grands-parents donnent des étrennes

article paru dans Ouest France, 8 janvier 2020

OuestFrance_080120-1

Noël en famille : et si vous faisiez des exercices d’hypnose pour éviter les conflits ?

article paru sur LCI.fr, 24 décembre 2019

CARPE DIEM – Pourquoi, à Noël, les réunions de famille ont-elles souvent tendance à partir en vrille ? Ces retrouvailles au goût d’enfance devraient être des moments de joie, et pourtant… ce sont autant d’occasions de régler des comptes. Pour que la bûche ne soit pas la seule chose difficile à digérer, on a demandé conseil à la philosophe et psychothérapeute Nicole Prieur. Contre toute attente, l’hypnose pourrait bien être la solution.

A Noël, les fêtes de famille sont souvent autant attendues que redoutées. La preuve avec cette enquête, menée en novembre, par le site de services à domicile O2 Care Services qui montre qu’une famille sur 3 fête Noël et le Nouvel An par obligation et non par plaisir. En cause, selon les sondés, une pression trop grande pour que tout soit parfait. Mais pas que…
Le plaisir des retrouvailles est aussi parfois terni par les mêmes petites phrases assassines lancées par le grand-père râleur, ou la mère qui ne s’intéresse qu’au frère aîné, ou encore la grand-mère qui n’a d’yeux que pour les petits monstres de la sœur. Difficile de rester zen dans ces cas-là !
Résultat, chaque année on se demande si cela vaut la peine, et chaque année on recommence…
Mais cette fois, c’est décidé, on ne va pas se faire avoir. Pour ce faire, on a interrogé la psychologue, Nicole Prieur , auteure de Petits règlements de compte en famille (Editions Albin Michel). Elle nous montre comment grâce à l’hypnose on peut apaiser ces tensions et retrouver nos propres forces.
https://www.lci.fr/famille/noel-en-famille-et-si-vous-faisiez-des-exercices-d-hypnose-pour-eviter-les-crises-de-nerf-2140780.html