Archive d’étiquettes pour : trahisons

Les trahisons nécessaires. S’autoriser à être soi

Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux 2022/1 (n° 68), pages 191 à 193

Édith Goldbeter-Merinfeld

Qui parle de loyauté se doit de préciser envers qui elles s’adressent : envers soi, envers un(e) autre, envers les autres, quels autres ? Les trahisons nous guettent ici au tournant !
Nicole Prieur, philosophe et psychothérapeute, nous entraîne dans ce labyrinthe où les questions et les réponses sont contradictoires et elle conclut par cette constatation : « on ne peut pas ne pas trahir » !
Partant de là, cet auteur nous propose de lever le tabou qui pèse sur les trahisons, en relevant que « les trahisons s’avèrent souvent nécessaires » pour nous permettre de rester fidèle à nos propres valeurs. Il faut donc apprendre à devenir un « traître responsable » affirme-t-elle.
Cet ouvrage a des côtés jubilatoires en nous orientant vers une libération des contraintes imposées par une morale définie de manière trop restreinte et rigidifiée. Parsemé de nombreuses vignettes puisées dans l’expérience clinique de l’auteur, il convoque aussi des philosophes comme Marcel Mauss, des écrivains comme Dostoïevski ou Albert Camus, et trouve de l’inspiration aussi bien dans un conte d’Andersen que dans l’Ancien et le Nouveau Testament ou encore dans la mythologie grecque.

CAHIERS-CRIT.-T.F.-LES-TRAHISONS

Les secrets de la réussite

Famille et éducation, janvier-février 2022

FAMILLE-et-EDUCATION-Janvier-fevrier2022r

Trahir, une voie vers la liberté

L’École des parents, janvier-mars 2022

LECOLE_DES_PARENTS_Janvier-mars22

Est-il possible de se séparer sereinement ?

En Quête de Sens, radio Notre Dame, 16 décembre 2021

Pourquoi les trahisons peuvent-elles être bénéfiques ?

podcast Minute Papillon / 20 Minutes, 9 décembre 2021

Dans cet épisode, on évoque les trahisons. De celles que l’on subit, de celles que l’on fait vivre aux autres, et de celles que l’on s’inflige, à soi-même. Considérées comme l’un des plus grands drames de la vie, les trahisons peuvent-elles être bénéfiques à notre santé mentale ? Et si, face à des situations de vie complexes, trahir pouvait-il nous apporter un bien-être psychique ?

C’est la thèse de Nicole Prieur, philosophe et psychanalyste, directrice du conseil scientifique du Centre d’études cliniques des communications familiales. Dans son ouvrage Les trahisons nécessaires, s’autoriser à être soi aux éditions Robert Laffont (21 euros), elle propose de déconstruire les obligations culturelles de loyauté pour mieux se définir et se construire soi-même.

Trahir pour mieux grandir

Version Femina 29 nov. – 5 déc. 2021

VersionFemina_2911-051221

Les trahisons nécessaires

Le Vacher Time, Fun Radio, 25 novembre 2021

Présentation dans Le Vacher Time, de mon livre Les trahisons nécessaires.

Nous avons le droit de nous libérer des récits familiaux

La Croix, 24 novembre 2021

LaCroix_241121

Pourquoi a-t-on si peur d’être trahi ?

Émotions, Louie media, 27 septembre 2021

Dans cet épisode d’Émotions, la journaliste Marion Bothorel a recueilli les témoignages de deux femmes : Léonie qui a été trahie et Méline a vécu une situation de trahison avec un membre de sa famille. La journaliste est également allée rencontrer Nicole Prieur, philosophe, thérapeute et autrice du livre Les trahisons nécessaires, qui doit paraître en novembre 2021 aux éditions Robert Laffont. Marion Bothorel a enfin interrogé le neuropsychologue Francis Eustache qui dirige l’unité de recherche « Neuropsychologie et imagerie de la mémoire humaine » à l’Université de Caen, en Normandie, pour l’Inserm et l’Ecole pratique des hautes études. Il mène actuellement un grand programme de recherche intitulé “13 novembre” pour lequel il suit mille personnes touchées par les attentats de novembre 2015. Francis Eustache et son équipe cherchent à comprendre quelles sont les conséquences d’un traumatisme sur le long terme dans notre cerveau.